Le sel avec modération

Le sel est essentiel pour le corps. Le sodium dans le sel aide à transmettre l’influx nerveux et à contracter les fibres musculaires. Il fonctionne également avec du potassium pour équilibrer les niveaux de liquide dans le corps. Mais vous n’avez besoin que d’une petite quantité de sel – moins de 4 g par jour, soit 1500 mg de sodium dans l’idéal. Malheureusement, la plupart des gens en consomment deux fois plus avec une alimentation contenant des produits transformés et/ou fermentés.

Calculer la teneur en sel d’un produit

Certaines marques donnent clairement la teneur en sel au 100 g d’un produit alors que d’autres marques préfèrent laisser le consommateur non informé dans le flou en notant plutôt la teneur en sodium au 100 g. Comme les teneurs en sel et en sodium ne sont pas équivalentes, cela peut embrouiller le consommateur qui peut consommer plus de sel qu’il ne pense.

Pour calculer approximativement la teneur en sel, on multiplie la teneur en sodium par 2,54. Par exemple, la consommation maximale de sodium autorisée pour une personne entre 14 et 50 ans est de 2300 mg. Ce qui donne 2300 mg x 2,54 = 5842 mg de sel, soit 5,8g de sel maximum. Et, à l’inverse, pour calculer la teneur en sodium, on divise tout simplement la teneur en sel par 2,54.

Comprendre les apports suffisants en sodium par jour
                              Apport suffisant
Bébés 0-6 mois120 mg
Bébés 7-12 mois370 mg
Bébés 1-3 ans1 000 mg
Enfants 4-8 ans1 200 mg
Garçons 9-13 ans1 500 mg
Filles 9-13 ans1 500 mg
Garçons 14-18 ans1 500 mg
Filles 14-18 ans1 500 mg
Hommes 19-50 ans1 500 mg
Femmes 19-50 ans1 500 mg
Hommes 50 ans et +1 300 et 1 200 mg si 70 ans et +
Femmes 50 ans et +1 300 et 1 200 mg si 70 ans et +
Femmes enceintes1 500 mg
Femmes qui allaitent1 500 mg

(En savoir plus : Passeport-Santé)

Moins de sel en quelques astuces

Le corps peut généralement se débarrasser de l’excès de sodium. Chez certaines personnes, cependant, consommer trop de sodium favorise la rétention d’eau. Cela augmente la quantité de liquide circulant dans les vaisseaux sanguins, ce qui peut augmenter la pression artérielle.

La plus grande partie du sel consommé provient d’aliments préparés, transformés et fermentés. Les principaux coupables sont les charcuteries (boeuf salé, bacon grillé, jambon, saucisson, …), certains fromages (roquefort, féta, édam, …), certains poissons (anchois en conserve, sardines en conserve, saumon fumé, hareng mariné, …), les sauces préparées prêtes à servir, les aliments marinés, les bouillons de cube, les pains et les produits fermentés comme la choucroute.

Mis à part limiter fortement votre consommation d’aliments riches en sodium, il est important de supprimer totalement le sel de table de votre alimentation, il n’est en aucun cas essentiel pour relever les saveurs d’un plat. Voici cinq façons de réduire le sodium lors de la cuisson ou à la table :

Utilisez des épices et d’autres exhausteurs de goût.

Ajoutez de la saveur à vos plats préférés avec des épices, des herbes séchées et fraîches, des racines comme le gingembre, de l’ail, des agrumes, des vinaigres et du vin. Pensez également au poivre noir, à la cannelle, au curcuma mais aussi au basilic frais, au piment et au jus de citron. Ces exhausteurs de goût créent une excitation pour le palais, encore mieux que le sel de table.

Prenez soin de choisir des exhausteurs de goût sans sel ajouté et sans glutamate dans la composition. Vous devez aller au plus simple dans la liste des ingrédients. Si vous voulez ajouter du curcuma, il doit être brut sans autre ingrédient dans la composition. Préférez le 100% naturel.

Adoptez des graisses saines

Les épices, les herbes et autres condiments ne sont pas les seuls exhausteurs de goût pour remplacer le sel de table. L’utilisation de bonnes graisses saines lors la préparation de vos plats relève les saveurs sans avoir à ajouter du sel. Ajoutez des noix, des noisettes et des amandes grillées ou encore des huiles végétales de qualité, non raffinée, de première pression à froid et avec du goût comme l’huile de colza, l’huile de coco, l’huile de noix ou encore l’huile de noisette.

Saisir, sauter et rôtir.

Saisir ou sauter des aliments dans une poêle renforce les saveurs dégagées des aliments. Cela fait ressortir la douceur naturelle de nombreux légumes et le goût du poisson, de la viande et du poulet. Si vous faites cuire à la vapeur ou au micro-ondes quelques plats, terminez la cuisson avec un filet d’huile végétale naturelle, de première pression à froid comme l’huile de colza, l’huile d’olive, l’huile de noix ou encore l’huile de pépin de raisins. Et, ajoutez éventuellement un zeste de citron.

Ne consommez pas du pain à chaque repas

Le pain contient du sel – pas seulement pour la saveur, mais pour s’assurer que la pâte lève correctement. Même le pain à grains entiers, bien plus sain que le pain blanc, peut contenir beaucoup de sodium.  Aussi, il est recommandé de varier les sources de glucides. Par exemple, au lieu de pain au petit-déjeuner, préparez-vous un bol de flocons d’avoine avec des graines et des morceaux de fruits. Remplacez également une portion de pain par une portion de riz, de pâtes ou de quinoa.

Suivez les saisons et connaissez votre fermier local.

Les aliments qui ne sont pas de saison ont tendance à manquer de goût, aussi, il vaut mieux les éviter pour ne pas saler inutilement. Achetez des ingrédients de qualité non transformés et de saison avec un arôme naturel maximal, ainsi, vous évitez d’ajouter du sel lors de la préparation de vos plats. Achetez de préférence vos produits bruts et de saison auprès des fermiers locaux ou sur les marchés.

Vous aimerez aussi

Les mises à jour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *